carte grise plaque d'immatriculation Bordeaux

“Toutes les douze heures, il y a une bobine qui part au feu”… A ce rythme, la pénurie de carte grise pourrait avoir lieu d’ici deux mois.

Située à Jouy-sur-Morin (77), l’usine de Crèvecoeur détient un savoir-faire unique. Elle est la seule en France à fabriquer un papier sécurisé indispensable à la confection des certificats d’immatriculation des véhicules (les fameuses cartes grises). Problème, l’entreprise a été placée en liquidation judiciaire le 16 janvier dernier, et le site doit fermer ses portes à la fin du mois.

Le temps de trouver un nouveau fournisseur, l’Etat comptait utiliser le stock d’une centaine de bobines de papier. Une “stratégie” qui pourrait bien tomber à l’eau… Le stock en question est actuellement pris en otage par les 240 salariés, qui ont commencé, le 22 janvier, à “liquider” les premières bobines au chalumeau (200 kilos chacune)…

“Toutes les douze heures, il y a une bobine qui part au feu… C’est leur monnaie d’échange”, a déclaré à l’AFP, Patrice Schaafs, délégué syndical CGT et secrétaire du comité central d’entreprise de Arjowiggins Security.

Pénurie d’ici deux mois ?

Bien que tout espoir de sauver le site de Crèvecoeur se soit évanoui, les salariés sont résolus à obtenir “des indemnités décentes”. A ce rythme, l’Etat pourrait connaître une pénurie de papier pour carte grise d’ici à deux mois, à en croire Patrice Schaafs.

Source : Challenges.fr